Démarche judiciaire

L’APDITED a inscrit à son plan d’action 2015-2016 une démarche judiciaire pour réclamer au gouvernement une réorganisation plus équitable des services pour les enfants ayant un diagnostic de retard de développement ou de déficience intellectuelle. Le développement des enfants, peu importe leurs défis, leurs capacités, leurs limitations, devrait être une priorité politique et sociétale.

 

Cette démarche de l’APDITED se réalise avant tout dans un besoin d’équité pour qu’aucun enfant ne soit condamné à une dépendance à vie.

 

Le recours collectif, au fur et à mesure ...

Extrait de l’Info-Parents Printemps 2016 - mai 2016

Le bilan du recours collectif 

 

Printemps 2015 : Première rencontre avec Me Jean-Pierre Ménard.

 

Automne 2015 : Début des entrevues entre le cabinet Ménard, Martin avocats et les familles.

 

Hiver 2015 : Les rencontres se poursuivent. Trois familles sont reçues par Me Ménard.

 

Printemps 2016 : Audition des trois dernières familles participantes.

 

Juin 2016 : Rencontre entre le CA de l’APDITED et Me Ménard pour une mise à jour sur l’avancée du recours.

 

Que de chemin parcouru depuis les premières réflexions sur le recours collectif. Le temps passe et plus la décision de poser un geste fort devient importante… presque essentielle. Toutes les familles rencontrées ont verbalisé des besoins et des inquiétudes propres à la problématique de leurs enfants. Cependant des éléments communs sont ressortis presque systématiquement. Des inquiétudes concernant l’apprentissage et la prise en charge scolaire, le manque de stimulation, aussi bien sur le plan précoce qu’à domicile, les listes d’attente interminables, le manque de cohérence dans les plans de services, la fermeture des dossiers et enfin, l’absence de prise en charge après 21 ans. Les constats, bien que nous les connaissions déjà, dressent un portrait accablant du réseau de Santé et de services sociaux, et de l’éducation au Québec. Ce portrait montre, une fois de plus, la vulnérabilité des familles face à l’avenir de leurs enfants. Cela donne du « contenu » pour alimenter le recours collectif. Le travail se poursuit donc. L’APDITED a fait de ce dossier sa priorité et cela continuera en 2016.

 

Merci à vous pour votre soutien et votre implication.

 

 Isabel Molliet, coordonnatrice

 

Extrait de l’Info-Parents spécial semaine de la déficience intellectuelle – Février 2016

  

Le RC va bon train ! Le processus d’audit de familles se poursuit et trois nouvelles familles ont été rencontrées par le cabinet Ménard, Martin avocats.  Dans un deuxième temps, une enquête sera menée par le cabinet d’avocats et des experts afin de s’assurer d’avoir le meilleur dossier possible. D’ici le milieu du printemps, une famille sera choisie et  le recours pourra aller de l’avant.

Pendant ce long recrutement, j’ai eu l’occasion de parler avec beaucoup de parents à travers le Québec. Les problématiques demeurent les mêmes peu importe le lieu d’habitation. Le manque de services, l’absence de stimulation précoce, le résidentiel ou encore l’après 21 ans demeurent au cœur des inquiétudes et des interrogations des familles.

Nous avons conscience qu’à Montréal, l’accès aux services est parfois plus simple qu’à d’autres endroits au Québec.

C’est pour cela que le recours collectif entrepris par l’APDITED revêt toute son importance car en cas de réussite, il donnera un meilleur accès aux services dans l’ensemble du Québec.

Sachez que nous sommes conscients des problématiques que vous rencontrez au quotidien. Partagez vos histoires avec nous pendant les 24 prochains mois, nous aurons besoin de vos connaissances et de votre énergie pour alimenter ce processus.

 

Nous restons à votre écoute et vous soutenons dans vos démarches.

 

Solidairement vôtre

Isabel Molliet, coordonnatrice de L’APDITED

 

 

Extrait de l’Info-Parents Hiver 2015 – décembre 2015

 

Après des mois de recherche, nous avons débuté les rencontres entre les familles sélectionnées et le cabinet Ménard, Martin et associés. Les rencontres se tiendront jusqu'à la mi-janvier.

Dans un second temps, la famille porteuse du recours collectif sera choisie. Ce sera alors le temps des diverses requêtes à la cour et le début d’une longue démarche !

Je vous donnerai régulièrement  des nouvelles par le biais de l’Info-Parents. L’APDITED remercie chaleureusement les familles qui ont manifesté leur intérêt pour ce projet.

 

  Isabel Molliet, coordonnatrice de L’APDITED

 

Extrait de l’Info-Parents Automne 2015 – octobre 2015

 

Un recours collectif pour réorganiser les services de façon équitable.

  

Tous les enfants sont en droit de recevoir des services répondant à leurs besoins spéciaux. Tous,  sans discrimination. Pourtant, les familles d’enfants ayant le diagnostic de retard global de développement vivent une injustice encore plus prononcée que celles touchées par l’autisme. Selon les parents que nous regroupons à l’APDITED, ceux dont les enfants qui présentent le diagnostic de retard global de développement reçoivent très peu d’interventions de stimulation précoce voire pas du tout.  Souvent les services débutent pour eux en même temps que l’entrée à l’école alors même que le diagnostic est connu depuis le bas-âge. Souvent, ils doivent s’acharner deux fois plus pour obtenir des services. Partant de ce constat, l’APDITED  qui représente de façon indifférenciée, les familles d’enfants ayant une déficience intellectuelle et celles d’enfants autistes, déplore qu’une telle  discrimination soit faite envers des enfants déjà fragilisés.

 

Nous avons consulté Maître Ménard et décidé d’amorcer un recours collectif  pour réclamer au gouvernement une réorganisation plus équitable des services qui tienne compte de tous les enfants ayant des besoins spéciaux, ceux qui présentent un trouble du spectre de l’autisme autant que ceux qui ont une déficience intellectuelle, un retard ou une limitation fonctionnelle. Le développement des enfants, peu importe leurs défis, leurs capacités, leurs limitations, devrait être une priorité politique et sociétale. Cette démarche de l’APDITED se réalise avant tout dans un besoin d’équité pour qu’aucun enfant ne soit condamné à une dépendance à vie.

 

Si vous êtes parent d’un enfant ayant un retard global de développement et que vous souhaitez vous impliquer dans cette démarche avec l’APDITED, n’hésitez pas à nous contacter par courriel  à imolliet.apdited@gmail.com.

 

 Sophie Barlagne, agente de développement de l’APDITED

 

Extrait de l’Info-Parents Été 2015 – Juin 2015

 

L’APDITED amorce un recours collectif pour que les enfants ayant un retard global de développement (RGD) puissent bénéficier de services de stimulation précoce.

 

Lors de la présentation de son plan d’action pour 2015-2016 à notre AGA le 9 juin dernier, le  CA de l’APDITED a fait part aux membres de sa décision d’intenter un recours collectif. Isabelle Perrin, vice-présidente a expliqué les grandes lignes directrices qui ont motivé cette initiative de défense des droits, en voici l’essentiel…

 

« Imaginez votre réaction en apprenant que l’enfant de votre voisine fréquentant la même école que votre fils ait accès à un professeur huit heures par jour, alors que le vôtre n’ait qu’un minuscule quart d’heure. Pouvez-vous un instant imaginer un parent qui fait face à une discrimination semblable?

 

En gros, c’est l’illustration de ce que vivent de nombreux parents qui reçoivent un diagnostic de retard global de développement pour leur enfant face à un autre qui recevrait un diagnostic de trouble du spectre de l’autisme (TSA). Dans notre cas, notre fils qui a aujourd’hui 11 ans a reçu pendant sa petite enfance 26 heures d’intervention annuellement par le CRDI. Quand on sait que tout se joue avant cinq ans, c’est bien peu pour un enfant qui présentait autant de besoins et qui pourtant, démontrait un potentiel considérable. Quand j’ai appris que les enfants de moins de six ans ayant un TSA obtenaient en moyenne 20 heures d’intervention comportementale intensive (ICI) par semaine, desservis par ce même CRDI, c’est un sentiment d’iniquité que j’ai ressenti. Est-ce que mon fils valait moins qu’un autre? Est-ce que ses besoins étaient moins louables? Est-ce qu’on réalisait l’impact de ce manque de service sur son avenir? Et quels en seraient les coûts sociaux à plus long terme? En 2015, rien n’a changé. Les familles touchées par ce diagnostic vivent à leur tour cette injustice. Une situation qui est tout simplement inacceptable.

 

Après consultations, le CA de l’APDITED a pris la décision d’intenter un recours collectifs contre le gouvernement afin que ce dernier s’engage à mettre en place, comme il l’a fait auprès des enfants qui vivent avec une trouble du spectre de l’autisme, un plan d’action avec les ressources financières nécessaires. Cette action est avant tout une question de justice, d’équité et d’efficience. Le développement des enfants ayant un retard global de développement est actuellement entravé. Les professionnels du rapport Pépin (2006) indiquent que « l’intervention précoce doit être introduite très tôt dans la vie de l’enfant ». Dans un guide de pratique (FQCRDITED) publié en janvier 2015, il est mentionné que « les enfants présentant un RGD puissent avoir recours à une intensité soutenue d’intervention pour une période déterminée, en réponse à leurs besoins. Dans un contexte « d’optimisation » du système de soins de santé, il est questionnable de condamner des enfants à la dépendance à vie. Précisons que le CA de l’APDITED n’a pas l’intention que la démarche aboutisse à une réduction des services auprès des enfants ayant un spectre de l’autisme. Il est attendu que le gouvernement DOIT mettre en place des services de stimulation intensive précoce et de les rendre accessibles sur une base universelle et gratuite. Il est temps de remettre en question la pratique actuelle. Nos jeunes enfants pris en charge pourront enfin devenir des citoyens à part entière. Pour ce faire, l’association mise sur l’implication de parents qui souhaiteraient s’engager dans cette démarche. Les familles intéressées peuvent communiquer avec la permanence au 514-376-6644 ou apdited@gmail.com

 

Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ! Nous comptons sur vous !

 

Isabelle PERRIN, vice-présidente de l’APDITED